Le diabète aux yeux des Français : une maladie familière, mais mal connue et mal comprise

Fabienne Goron, Research Director - Département Santé / Myhue Joncour, Chargée d’études Senior - Département Santé / Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique & Opinion / Sophie Labat, Directrice de Clientèle - Département Santé

À l’occasion de la Journée mondiale du diabète le 14 novembre 2017, Harris Interactive a interrogé, pour Roche Diabetes Care France, un échantillon[1] de patients (atteints de diabète de type 1 et de type 2) et de Français pour mieux comprendre et appréhender leur perception du diabète, qui touche aujourd’hui plus de 3 millions de Français.

La familiarité apparente des Français avec le diabète ne veut pas dire qu’ils connaissent bien la maladie. En effet, 81% des répondants savent qu’il existe deux types de diabètes. Mais plus de la moitié (52%) ignore ce qui les différencie. Ainsi, 1 personne sur 3 estime que le diabète de type 2 est la conséquence de mauvaises habitudes – ce qui est trop ou pas assez, puisqu’une mauvaise alimentation ou un manque d’activité physique viennent en fait s’ajouter à des prédispositions génétiques, et provoquent un déclenchement de plus en plus précoce de la maladie. De plus, 2 répondants sur 10 pensent que le diabète de type 1 est une fatalité, ce qui signifie que la majorité des Français ignore que le DT1 est une maladie auto-immune qui n’a rien à voir avec le mode de vie.

Blood Sugar Diabetic Diabetes Medicine Insulin

Blood Sugar Diabetic Diabetes Medicine Insulin

Si les Français surestiment la prévalence de la maladie, ils perçoivent le diabète comme une maladie beaucoup plus contraignante qu’elle ne l’est aux yeux des patients eux-mêmes. Ainsi, l’impact du diabète dans la vie personnelle du patient atteint de diabète est surestimé par le grand public, en comparaison des patients diabétiques.

article-diabete-harris-interactive-roche-1

Il en est de même pour l’impact du diabète dans la sphère professionnelle : quand les Français pensent que le diabète a un fort impact dans la sphère professionnelle avec un score de près de 60%, les diabétiques eux-mêmes pondèrent ce score à 27%.

article-diabete-harris-interactive-roche-2

Ces chiffres sont toutefois à manipuler avec précaution, et méritent d’être nuancés en fonction du type de diabète concerné, et du mode de traitement des patients. Comme nous le verrons dans un prochain post, il existe des contraintes similaires entre les patients diabétiques de type 1 et les patients diabétiques de type 2 traités par insuline en termes d’organisation et de relationnel, mais des vécus spécifiques aux personnes atteintes de diabète de type 1 en matière de projet de vie personnel et dans la sphère professionnelle.

Cliquer ici pour lire l’article  » Le diabète aux yeux des Français : une maladie familière et grave « 

Cliquer ici pour lire l’article  » Les patients diabétiques : des héros discrets du quotidien, au travail comme dans leur vie personnelle »

[1] 400 patients (100 patients atteints de diabète de type 1, et 300 patients atteints d’un diabète de type 2) ont répondu à un questionnaire de 10 minutes en ligne. 500 individus (échantillon national représentatif sexe, âge, région, CSP issu du panel Harris) ont répondu au questionnaire « Grand public » (terrain réalisé entre le 21/09/2017 et le 06/10/2017).

  • diabète
  • diabète de type 1
  • diabète de type 2
  • Roche Diabetes Care France